Abus, maltraitances, cynisme, moqueries et humiliations

 

Les abus, humiliations, maltraitances au masculin sont beaucoup plus fréquents qu'on l'imagine. Les hommes qui ont subi cela cachent souvent leur souffrance et leur peur derrière une grande solitude.
N'ayant parfois pas accès à leurs émotions en direct et ayant peur d'être moqués ou ridiculisés, ils vont se taire et souffrir seuls en silence. Ils auront progressivement des expressions de visage figées, un cœur et un ventre anesthésiés, des émotions cachées-niées, des symptômes physiques, voire des maladies dues à un manque, une privation de moyens d'expression.

Cette fermeture à soi et en soi génère de la violence envers soi, les autres ou/et son environnement. Le manque de soutien émotionnel coûte très cher aux hommes :
- bagarres et violences physiques
- suicides souvent violents (taux plus élevé que chez les femmes).
- conduite à risque, accidents sur la route et accidents mortels
- drogues, alcoolisme ou dépendances aux médicaments (bien plus élevés que chez les femmes)
- enrôlement dans des guerres et dégénérescence de la violence (viol, meurtre, folie)
- violence conjugale.... 

Nous pensons aussi à toutes les humiliations, moqueries, maltraitances faites d'hommes à homme(s) à l'école, en pension, école de sport ou militaire, etc... spécialement quand les hommes "dominants" se font les dents sur d'autres souvent plus jeunes ou moins forts physiquement avec la conclusion cynique :  "on va te montrer ce que c'est que la virilité". Ces violences font beaucoup de dégâts sur la confiance et l'estime d'un être !
Certains sont définitivement cassés et ne s'en relèvent plus. 

Des messages similaires sont adressés aux adolescents et aux plus jeunes : "on ne s'entraîne pas sexuellement sur des plus jeunes que soi" (fellation, touchers génitaux, pénétration avec ou sans drogue, alcool). Cela fait de véritables dégâts chez un enfant ; même s'il se montre curieux au départ, la réalité est qu'il ne comprend rien à ce qui lui arrive. Des confusions graves s'installent entre tendresse, amour et sexualité et cela crée des distorsions entre la sexualité, l'affectivité et la confiance d'humain à humain.

Que l'on ait été humilié, abusé ou que l'on ait humilié ou abusé à son tour, il est temps de guérir ces brèches distordues de notre humanité.

En travaillant sur un plan corporel et émotionnel, sans parfois avoir vécu des abus ou des violences directs, nous soignons parfois les blessures émotionnelles de nos parents, grands-parents comme des empreintes dans nos corps et dans nos gênes. N'ayant pu les guérir, ils nous transmettent la patate chaude et ainsi de suite, si nous ne traitons pas les mémoires présentes.
Bien sûr, des hommes ont aussi été ou sont humiliés, rabaissés ou cassés par des femmes (cf. vidéo, femmes et masculin conscient).